TELECOMMUNICATIONS : SAIL, AU SERVICE DE LA DIGITALISATION DE NOTRE QUOTIDIEN – Cameroon Telecommunications

L’exploitation des câbles sous-marins à fibres optiques constitue un facteur essentiel dans notre processus de digitalisation.

 

De plus en plus, le digital fait partie de nos habitudes. Que ce soit à la maison, dans les écoles, au bureau ou en ville, « la génération tête baissée » devient sans cesse grandissante. Avec plus de 4 milliards d’utilisateurs dans le monde et une croissance de 7% par rapport à l’année précédente, l’usage du Web évolue considérablement. En 2017 notamment, en une minute, plus de 4 millions de vidéos sont consommées sur YouTube, 527 760 photos postées sur Snapchat, sans compter les millions de recherches effectuées sur Google en quelques secondes seulement.

 

Or, pour faire circuler ce tout, ce flux d’échanges et de partages s’étendant à une échelle internationale, il est impératif d’avoir une infrastructure solide, fiable et sécurisée. C’est donc dans ce contexte que les câbles sous-marins trouvent toute leur raison d’être. Les fonds marins en sont inondés de nos jours. Au Cameroun particulièrement, environ 42 000 Km de fibres optiques offrent au pays l’opportunité de connexion avec l’Europe, l’Asie et tous les pays africains qui sont raccordés à ses câbles sous-marins SAT3, WACS et NCSCS.

 

SAIL permettra donc de diversifier la connectivité à l’international. C’est le premier lien du continent africain, via le Cameroun, avec le Sud de l’Amérique. Ainsi, son entrée en exploitation offrira aux consommateurs des services de télécommunications, l’opportunité de profiter d’une expérience enrichie où qu’ils se trouvent, et par la même occasion, le câble propulsera le Cameroun comme l’un des catalyseurs des TICs en Afrique et dans le monde.

WordPress Video Lightbox Plugin
WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien